AccueilCalendrierSiteFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hadrien

Aller en bas 
AuteurMessage
Lantern



Messages : 515

MessageSujet: Hadrien   Mer 2 Mai - 10:00

Le bateau venait de partir de Port-Constance, la nuit tombait et les lueurs de la villes disparaissaient déjà à l'horizon, seuls quelques hommes s'était assis sur le pont supérieur, laissant le confort tout relatif du dortoir en échange d'un peu de compagnie.
Dans ce petit groupe, on se présentait, on parlait, il arrivait que l'un prie, les autres l'imitait alors et l'on faisait connaissance à nouveau.
Tous les cœurs chantaient à l'unisson, emballés par l'idée d'une nouvelle vie, mais un peu triste d'abandonner tous leurs repères.
On fit cercle, tous racontèrent leurs histoires, et celle de leurs familles, vint alors le tour d'un homme assez jeune, d'une corpulence moyenne mais des bras vigoureux enclin au travail.
Il se leva et répondit d'une voie sonore :

Mon nom est Hadrien, je suis originaire des Marches, je suis un armurier et, comme beaucoup, je suis luministe.
Depuis bien longtemps, ma famille évoluait au pied des contreforts des montagnes de l'Est du duché. Cependant, je ne vois nullement mon départ comme une trahison.
Au contraire, ce n'est que par fidélité envers mes aïeux, mon père et mon grand père, que je m'en vais vers Irowa. C'est à la guerre des Pestiférés que ma famille c'est décomposée.
De nombreux membres ont été emportés par la peste, mon grand-père, un forgeron, dut abandonner la maison familiale pour se diriger vers les Tours de sangs et repousser les cohortes vaillotes. Le sous-nombre était évident et mon grand-père, comme tant d'autres, perdit la vie. Mon père, trop jeune alors pour être appelé sous les drapeaux mais assez vieux pour en conserver un souvenir intact, ne fuya son village natal que lorsqu'il sentit l'odeur des fumées et la chaleur des flammes qui consumait ce qui avait été sa vie.
Seul, orphelin, il rejoignit une troupe de réfugiés dans laquelle il rencontra ma mère. Il voyagea des jours, dans les montagnes, courant parfois, haletant souvent, pour fuir l'ennemi.
Arrivé jusqu'aux derniers bastions du Duc, il mit à l'épreuve ses talents de forgeron qu'il avait hérité de son père. Il fabriqua les armes des soldats qui plus tard, dévasteraient et pilleraient les frontières des pays envahisseurs. Il garda toujours une farouche haine envers les duché du nord qui, de part leurs refus d'accorder des renforts aux Marches, ont condamnés les armées marchardes à la mort.
Cette haine, il me l'a transmise, et avec elle les techniques de construction d'armes en tout genres.
La vie au royaume de Tell ne m'intéresse plus, les duché du Nord contrôle ceux du Sud, qui ont le plus souffert de la guerre, mais ce qui me force le plus à partir, c'est l'incapacité du pouvoir des Marches à se libérer du Joug du nord, mais ce sont mes racines, et même l'arbre le plus imposant n'est rien sans ses racines.
Et, si, comme je l'espère, les terres d'Irowa sont plus émancipées de la couronne, elles seront mon nouveau foyer, ma nouvelle nation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Hadrien
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Irowa :: Population :: Morts-
Sauter vers: