AccueilCalendrierSiteFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  Ahrkam De Biershak

Aller en bas 
AuteurMessage
Arhkam

avatar

Messages : 920

MessageSujet: Ahrkam De Biershak   Sam 26 Mai - 13:18


[ sur une table de la taverne] : "qui est tu étranger je ne t'ai jamais vu, et tu est bien curieux pour un colon., explique d'où tu viens, mon bock est bien plein et mes esprit envolés.- tu veux savoir mon histoire ivrogne ? - ouèp ! - elle est longue - alors attends que j'y m'assoids. - Alors voila :



A ma Naissance, J'étais un beau bébé, disait-on. J'étais tranquille, et toujours les yeux grands ouverts sur sur les nouvelles choses que mes proches me montraient : souvent des morceaux de bois difformes qu'ils appelaient " jouets ". Mes parents Azar et Graela De Biershak étaient étaient des Nobles, appauvris par la suite , vivants dans les terres intérieures, où ? . peu importe. Ils étaient prospères toujours souriants, avec leur nouvel enfant sous un toit d'une famille idéale disait père. Comme vous savez bien la peste s'abattit sur les terres. leur domaine se vida comme le bock de l'ivrogne, tous les travailleurs tombèrent comme mouches, les plantations comme la boue sous la pluie, le bonheur comme au coucher du soleil. Père eut un bon réflexe, dans un geste de panique il menaça avec son épée tout les servants et les força a quitter le domaine. Il craignait pour la vie de sa femme et de son enfant de 3 ans. .

1 semaine de résistance, mère commença à montrer des symptômes. Père dans un geste de désespoir l'enferma dans la chambre de coucher, sa femme ! isolée...

Une nuit dans sa bibliothèque lui fit penser à son histoire, l'histoire des Biershak ! 200 ans d'histoire. Par peur de sa dynastie, et par amour a sa femme, père chercha un oncle, un cousin, peut importe, un Biershak en qui il pouvait faire confiance. Le seul , Eskezar de Biershak un très engagé Monastique. "Les préceptes sont le tout, et le tout sont les préceptes" disait il. Un commerçant cherchant a racheter ses peines Il vivait a Gernes, Goraz. Pas un très grand commerçant, mais pas minable non plus. Il était Stérile et aucune femme voulait de lui depuis.

À l'annonce de ma venue, 2 de ses rêves pouvaient s'accomplir: Avoir enfin l'enfant si voulu et prié, et pouvoir le soumettre au monde de la religion un imbécile qui essaye de vivre à travers les autres L'écuyer personnel de père, le seul qu'il pouvait confier quelque chose de plus important que ça vie. Il me posât sur le devant du cheval, et lui dit avec larmes : " Max voila mon fils, emmène-le a Gerne, la-bas un membre de la famille lui permettra d'avoir une vie digne. je n'ai presque plus rien pour te payer tes années de service- Maxence ( l'écuyer ) lui fit signe " nul besoin mon seigneur " - non ! j'insiste, ta vie ne sera pas gâchée par l'infortune. emmène mon fils la-bas et je te cèderais tout ce qu'il restera, ces terres ne seront pas grand chose, mais la peste passé ou l'imbécile venu tu pourra les réutiliser.Moi j'ai une femme avec qui prier".

Ma vie à Gernes fut sommaire . Prière , études , prière , études. Eskezar m'inscrit au moment venu a l'université de Théologie de la ville. Il foulait assurer son passage au cieux en faisant de moi un monastique hors norme.

Mais sa mentalité limitée ne pouvait pas voir que je ne supportait pas ces préceptes la. Mais mon unique voie de survie était de suivre la vie que mon nouveau tuteur avait prévu pour moi. J'ai survécu toute la profession de théologue. Et chaque jour qui avançait dans ma pratique de cette voie de pensée ne me montrait qu'une seule chose. tous trompées et ignorants En en apprenant plus sur la réalité des cultes, je me rendais compte qu'ils étaient complétement erronés. Tous vouaient un Culte a la Lumière et au bien. Mais le bien ne faisait qu'éradiquer une autre faction qui avait des valeurs biens plus alléchantes que la simple bonté ou le bien commun. Non, elle voulait que l'homme, l'humain soit de plus en plus fort, sans manipulation des élites , ou touts sont pantins mais la fois marionnettistes. "Le Mal " voila comment on ma fait l'appeler pendant des années. Au début par peur du peuple très traditionaliste de Gernes je me tût. Mais peut a peux, je commençais a fréquenter tavernes lugubres et ruelles sombres en recherche de cette entité dite " Diabolique". Je connut un Homme nommé par ces adeptes Kiliann. Il pensait de Même que moi, nous entions en quelque sorte un " culte proscrit". Mais la liberté religieuse ne dura pas longtemps. Mon Tuteur , Eszekar ; maudit traitre ; découvrit un parchemin ou quelques "anti-dogmes" étaient écrits.

Il ne tarda pas à dénoncer notre pratique et à nous porter au bucher. ces satanées populations de Gernes sont closes d'esprit " . Il envoyé le dernier membre de sa famille a la mort, il signait la fin de notre si digne famille. ils furent tous pendus puis brûlés après décapitation consécutive à la pendaison. Au moment de lire mon nom par le bourreau, il vit une certaine noblesse ( déchue mais avec titres ) . Ils vérifièrent bien la possession des terres de ma famille. Mais terres, continuaient a être miennes . J'étais étranger est non-moral ils me donnèrent le choix, aller au nouveau monde pour peupler le désert humain, ou finir mes jours mort de faim dans une cellule. "le Mal" m'avait apprit a chérir la vie , la vie était plus important que la morale ou l'honneur. la vie c'est la vie, notre condition nous empêche une vie parfaite dans l'au-de-la, mais nous permet une vie de vices et profits dans celle-ci.



Je prit le premier bateau pour le nouveau monde.


Nom : Arhkam de Biershak

Duché : Goraz, de Gernes.

Metier/profession : Ayant la vertuose de la plume et l'esprit mal sain, je ne peux etre que Parcheminier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ahrkam De Biershak
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Irowa :: Population :: Morts-
Sauter vers: