AccueilCalendrierSiteFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Noerco

Aller en bas 
AuteurMessage
Noerco



Messages : 7

MessageSujet: Noerco   Mer 11 Jan - 6:32

C’est alors que la grande Peste frappe le continent de Tell, malgré que le duché de Frie soit relativement bien épargné par celle-ci, que le monde changea pour Noerco. Néanmoins c’est la famine qui a terriblement fait défaut au duché où les approvisionnements, dont Frie dépendait, n’ont plus suivis durant toute cette période noir pour le peuple. Cette famine qui toucha durement le peuple de Frie contraint à faire beaucoup de sacrifice pour les habitants qui ont eu la chance de survivre à la maladie.



C’est alors que Noerco, encore un jeune homme plein de rêve, se rendit à l’évidence puisque le monde n’était pas réellement comme les prêtes aimaient le dire. Un monde cruel et froid, où l’argent et la force était les maitres mots servant de doctrine au monde. C’est ainsi qu’il rejoint l’armée de Frie, pour avant tout ne pas mourir de faim comme beaucoup dans son village ; Encore jeune, au visage lisse et les mains encore blanche… l’âme encore pure et non corrompue… ; A la caserne de formation beaucoup se moquait de lui ; étant tantôt trop petit pour tenir son épée correctement et tantôt trop jeune pour avoir le cœur à tuer quelqu’un. Il a alors participé aux corvées les plus ingrates du royaume comme collecter les impôts chez des familles déjà ruinées par la maladie et la famine, porter des messages sans importance ou encore nettoyer la caserne. Mais Noerco avait un sentiment fort, celui d’avoir survécu à des moments sombres. Son visage commençait à changer pour devenir celui d’un homme petit à petit.



A cette époque, Noerco avait encore le visage d’un jeune enfant, malgré que sa barbe pousse et que son cœur devient de plus en plus dur… après de nombreux entrainement et du temps passé à étudier à la caserne militaire, il parvint à se faire une place dans la société.



Noerco alors devenu jeune soldat pour le duché de Frie ne s’attendait pas à être envoyer pour la guerre des Pestiférés qui frappa le royaume de Tell quelques années après la famine replongeant le duché dans l’ombre d’une famine qui plane à nouveau sur elle. Le duc n’avait pas réellement appris à se défaire du ravitaillement des autres duché, comme celui de Vaunes. Entre une politique très stricte et un marché noir omniprésent et chère, Noerco était encore une fois heureux de pouvoir vivre décemment… enfin c’est se qu’il pensait car il fût envoyé comme mercenaire au frais des autres duchés qui employait les soldats de Frie à leurs comptes. Ainsi Noerco connaissait maintenant l’horreur de la guerre, son cœur devînt pierre face aux villages incendiés et aux exécutions sommaires qu’il avait déjà tellement fait durant les 10 années de guerre. C’est un nouvel homme que Noerco est devenu… amère de la vie et d’une noirceur profonde, surement symptôme de vivre avec la mort autour de lui. Beaucoup d’amis qu’il avait ne sont jamais revenu des Pestiférés mais c’est peut-être mieux ainsi.



Dix années se sont écoulées depuis que Noerco a pris par à cette guerre et celle-ci est maintenant finie. Revenu au « pays » comme ils disent tous, il n’avait plus rien, la politique du duché avait fait en sorte que la maison familiale et les terres avaient été prise par le Duc pour nourrir le peuple, Noerco n’avait plus rien, sa famille ? jamais il ne l’a retrouvée, beaucoup on dit qu’ils étaient mort de faim, d’autres qu’ils étaient partis le pensant mort à la guerre. Mais le fait est que Noerco, ne voulait plus rester dans les armées du Duc qui les a vendu pour les biens, non pas de la paix mais, de ses caisses. Ainsi il a rendu son armé et son uniforme pour tenter de reprendre une vie calme et paisible.





Jamais il ne parvînt à faire bonne fortune, vivant au jour le jour grâce à l’église, la manche et ceux qui voulait encore bien l’employer. Voilà maintenant cinq ans qu’il a rendu les armes et devant son échec face à la vie, il se mis à la boisson. Dans les tavernes, il entendait beaucoup parler de gens pauvre, comme lui, tenter l’aventure sur les mers car le commerce y rapporte beaucoup et la paye est correcte pour ceux qui n’ont pas peur des pirates. Les oreilles grandes ouverte, Noerco écouta les bruits et les rumeurs de bateau, le Nostromos, prêt à partir pour un voyage vers un nouveau commerce florissant. Noerco pensait bien sa vie finie mais voilà un espoir nouveau pour lui et enfin une vie qu’il pense meilleur. Noerco pris donc le chemin d’un grand port où le bateau devait bientôt partir, du moins c’est les rumeurs qu’il a entendu de vieux marins souls. Mais pour faire la traversée, Noerco avait besoin d’argent, se qu’il n’avait pas… Entrer comme un voleur et se cacher n’était pas son genre, il a préféra donc s’engager comme marin afin de payer cette dernière. Une chose lui semblait néanmoins étrange, où était la cargaison et pourquoi il y avait autant de vivre mais il pris tout de même le chemin de la mer.



Du jeune Noerco encore innocent, on voit un Noerco adulte, au cœur froid et triste. Vétéran de la guerre des pestiférés, il en garde quelque cicatrice sur le corps suite à une flèche lors d’un siège. Mais l’image que les gens ont de lui est celle d’une personne froide, grande avec de long cheveux cuivrés comme beaucoup de nordique.. la peau claire et mate. Une carrure viril et pour cause de ses services dans l’armée régulière et comme mercenaire. Une personne avec un tempérament dur et bien trempé ne voulant jamais admettre ses tords, surtout quand il a la boisson facile depuis la fin de la guerre. Il n’est pas facile de discuter avec lui, surtout sur son passé trouble et tumultueux mais il reste une personne de confiance et digne de lui, ne voulant pas se soumettre aux péchés que l’église qualifie. Une personne très pieuse mais ayant gardé les notions des anciens cultes du Nord.



C’est ainsi que Noerco pris la mer en direction de Mundi, sans le savoir, car le véritable destin du bateau était, non pas de faire du commerce mais de partir à la découverte des mers. Il pensait avoir tout vu et connu… mais la mer est bien plus cruel que les Hommes. Déferlent des tonnes d’eau lors d’une tempête sur le bateau du nom de Nostromos, arrachant les voiles et le mats… Après des heures de turbulence, la mer se calma laissant voir les dégâts sur le bateau. Déjà que les vivres étaient limités et que les cartes n’étaient pas vraiment claire, navigant à l’aveugle depuis qu’il avait quitté le rivage, la peur s’installe et les tensions entre l’équipage se fait sentir. L’équipage mis plus de trois jours pour réparer les dégâts et reprendre la route. Après une traversé de 9 mois, le bateau Nostromos arrive enfin face aux côtes du Monde inconnu pour l’équipage mais le moral était déjà là.



(à suivre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Noerco
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Irowa :: Population :: Morts-
Sauter vers: